OCTOBRE 2012 (FRANÇAIS)

Chers amis,

J’aimerais vous parler de Julie. Elle semble tout connaître des plantes. Un jour, dans mon bureau, elle remarqua deux orchidées, bien mal en point.  Pour moi, ces plantes me semblaient avoir atteint le point de non-retour, bonnes à jeter. Elles avaient été magnifiques, mais là, elles avaient fait leur temps. Julie ne l’entendait pas de cette oreille. Elle insista pour que  je persévère, affirmant qu’elles refleuriraient. Les mois passèrent, et je restais sceptique, me demandant si Julie s’y connaissait vraiment. Mais, surprise, une tige apparut un jour, puis un bouton. Il y a maintenant une magnifique fleur, et quatre autres sont prêtes à éclore. Julie voyait ce que je pouvais voir, parce qu’elle savait ce que j’ignorais.

Lors du dernier congrès européen à Prague, nous avons assisté à quelque chose de ce genre. En Europe centrale et de l’Est, l’Armée était, soit inexistante, soit depuis longtemps interdite – informe et sans vie, apparemment morte. Mais le Seigneur savait qu’il y avait, sous-jacente, une Armée qui n’attendait que d’émerger du sol durci pour pouvoir pousser et (re)fleurir. Quand les congressistes venus d’autres parties de l’Europe ont pu donner la main à ces nouveaux salutistes, en chantant « Ils viendront d’Orient, ils viendront d’Occident », on aurait pu discerner une Armée, missionnaire par nature, et pleinement engagée à aller de l’avant dans et par la foi. Que dire ? S’agit-il de la puissance de résurrection de notre Seigneur, qui non seulement donne vie aux individus, mais aussi qui appelle les siens à témoigner avec force ? Depuis 1990, l’Armée a pris ou repris place dans 13 pays d’Europe. 

En d’autres circonstances, le Seigneur m’a montré la réalisation d’une espérance. C’était au Ghana, lors d’un week-end où l’on célébrait à la fois le 90e anniversaire de l’Armée dans ce pays, et la consécration de la nouvelle promotion d’officiers. On ne peut assister à ce genre de rencontre sans croire que le Seigneur bénit et bénira encore son Armée. Et il n’y a pas qu’en Europe continentale ou en Afrique que l’on peut constater ce mouvement de l’Esprit. Dans la division East Midlands (GB) nos trois rencontres en divers points de la division content la même histoire. Les salutistes perçoivent un souffle nouveau, un nouvel enthousiasme. Dieu a ses raisons de nous inviter à voir ce qui peut être.

Récemment, nous avons eu une réunion du conseil consultatif de la Générale à Londres. Ses trois sessions annuelles incluent la participation des commissaires du QGI, auxquels se joignent 12 à 15 représentants des responsables territoriaux du monde salutiste. Les thèmes de ces rencontres sont fixés à partir De la vision internationale. Pour notre réunion de septembre, c’était l’évangélisation. Les orateurs invités l’ont envisagée sous plusieurs angles - établir des relations - permettre à des enfants et des jeunes d’accéder à l’Evangile -évangélisation des personnes âgées. Si les informations et les débats étaient stimulants, nous avons reconnu qu’il y avait encore beaucoup à dire. Ces questions doivent être en tête de notre ministère, à sa base, et à titre non seulement communautaire, mais aussi personnel.

Tout ce que j’ai mentionné ci-dessus est source de joie et de reconnaissance. Cependant, nous sommes confrontés aussi à des questions sérieuses. On ne peut sous-estimer le pouvoir de la prière. Intercession et autres demandes cruciales. Nous avons besoin de rechercher la pensée – la sagesse, la direction et la grâce divines. Nous pouvons faire toute confiance au Seigneur qui tient le présent et l’avenir entre ses mains. C’est vrai non seulement pour l’Armée, mais pour chacun d’entre nous.

Que Dieu vous bénisse richement, dans votre communion avec lui; réjouissez-vous de toutes les joies qu’il vous donne, et de toutes les grâces, par lesquelles il vous permet de faire face aux difficultés de la vie.

Sincèrement

Linda Bond  
Générale

SOCIAL MEDIA