DÉCEMBRE 2012 (FRANÇAIS)

Chers amis: Le 19 décembre, j’ai eu le privilège de prêcher lors d’un culte spécial de Noël à l’abbaye de Westminster. L’assemblée de 2000 personnes comprenait des fonctionnaires, des ambassadeurs, des membres de cabinets ministériels et d’autres politiciens. La chorale était magnifique; les trompettes des Grenadiers de la Garde et la riche musique des orgues vous donnaient l’impression d’assister à un couronnement. La pompe était à voir, avec les processions et les ecclésiastiques en habits richement décorés. Les lectures et les chants de Noël racontaient de façon puissante l’histoire de Noël. Et la cathédrale elle-même? Impressionnante! Vraiment les architectes qui l’avaient bâtie croyait vraiment qu’il fallait donner “tout pour qu’Il règne”. La scène dans sa totalité, l’événement complet étaient inoubliables.

Depuis j’ai pensé au petit poste de New Aberdeen au Canada où j’ai grandi. Cela n’avait vraiment rien à voir avec l’abbaye de Westminster. Visuellement, il n’y a rien de comparable. Nos choristes n’auraient jamais pu rivaliser avec les chanteurs de la cathédrale ; notre spectacle était la nativité, avec des serviettes comme turbans et des peignoirs comme manteaux. Les  vêtements sacerdotaux étaient les uniformes de l’Armée du Salut, la musique était jouée par notre petite fanfare. Et pourtant, dans ce bâtiment délabré de deux pièces, j’ai vraiment vécu Noël. Depuis ce temps-là, la venue de Jésus a toujours été pour moi une occasion à fêter.

Depuis que je vous ai écrit en Octobre, il semble que j’aie fait le tour du monde. Je suis allée en Floride, dans le Territoire Sud des Etats-Unis, puis à Toronto et Saint Jean, Terre-Neuve. Au cours d’un autre voyage je suis allée à Haïti, à la Jamaïque (dans les Caraïbes) et en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Et finalement j’ai terminé l’année avec un week-end de consécration d’officiers dans le territoire d’Afrique du Sud. (Si vous n’avez pas lu les détails de ces voyages, allez voir les nouvelles internationales sur le site web de l’Armée du Salut). Les  occasions étaient différentes, les lieux certainement divers, et les styles de cultes variés. Que de contrastes! Cependant, la réalité de la présence de Dieu ne pouvait jamais être ignorée. Jésus l’a expliqué simplement quand la femme près du puits voyait un culte lié à la tradition, à un bâtiment ou à la géographie. Non, « Dieu est esprit et il faut que ceux qui l’adorent l’adorent en esprit et en vérité », a expliqué notre Seigneur (Jean 4 :24).

Souvent nous pensons saisir la vie dans ce que nous voyons, mais parfois la vision physique limite la vraie vision. Ce Noël vous n’allez peut-être pas vivre l’histoire de Noël dans une cathédrale. Mais vous pouvez rencontrer Emmanuel, Dieu avec nous. Cette rencontre lourde de sens peut avoir lieu dans votre poste, dans votre foyer, seul ou avec d’autres. Vous pouvez vivre en Afrique, en Amérique, en Asie, en Europe ou en Océanie. Mais cela ne dépend pas du lieu, et même pas de l’ambiance. Noël revient toujours quand votre cœur est ouvert pour recevoir l’invitation bienveillante de Celui qui est venu pour demeurer en vous. Que sa présence aujourd’hui éclaire votre foyer et votre cœur. Que Dieu vous bénisse richement.

Sincèrement vôtre,

Linda Bond
Générale

 

SOCIAL MEDIA